Bouches-du-Rhône : les pompiers toujours mobilisés pour éviter les reprises de feu


Quelque 800 pompiers poursuivaient lundi leurs opérations d'extinction et de contrôle de l'incendie qui a brûlé 800 hectares dans le week-end à Saint-Cannat (Bouches-du-Rhône), et qui est stabilisé depuis dimanche soir.

"On reste attentifs aux risques de reprise" du feu, a expliqué à l'AFP le lieutenant-colonel Nicolas Faure, des sapeurs-pompiers du département (Sdis 13), précisant qu'un dispositif serait maintenu pendant "plusieurs jours".

Lundi matin, les opérations de "noyage" des lisières de l'incendie se poursuivaient : il faut "faire en sorte qu'il n'y ait plus de particules chaudes sous la terre qui pourraient être réactivées par le vent et se propager dans la végétation verte qui n'a pas brûlé", a-t-il ajouté.

"Le niveau de risque reste important en raison de la température très élevée et d'un vent de sud qui devrait souffler cet après-midi. On ne prend aucun risque", a-t-il poursuivi.

Le feu, qui a pris samedi, est probablement accidentel, avait indiqué dimanche soir le parquet d'Aix-en-Provence, évoquant l'hypothèse privilégiée d'un jet de mégot en bord de route.

"Nous avons en l'état des investigations menées par la gendarmerie nationale, évacué, a priori, l'hypothèse d'un geste criminel, nous n'avons aucun élément qui permet de le corroborer", avait précisé le vice-procureur Rémy Avon, ajoutant que "l'hypothèse naturelle, d'un orage de chaleur ou autre, (était) également exclue".

"Au vu de l'endroit d'où c'est parti, on pense que c'est accidentel, il n'y a pas de dispositif de mise à feu qui ait été trouvé", a précisé lundi le lieutenant-colonel Nicolas Faure. "Si on élimine au fur et à mesure" les autres pistes, "l'hypothèse du mégot devient la plus probable", a-t-il poursuivi.

"Les gens ne sont pas conscients du danger" : le feu a pris dans "quelques herbes sèches au bord de la route et après, très vite, il a pris un champ, il a accéléré, et après derrière il y a un massif important et puis il a sauté d'un massif à l'autre", a-t-il détaillé.

© 2017 Agence France-Presse
 
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales